• Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page

L'A.D.N de Gramounes isolés

      Il y a aujourd'hui environ 200 clubs 3e âge en activité à la Réunion ce qui est une très bonne chose pour le maintien en forme de nos Anciens autant au plan physique que relationnel.

     Toutefois, quand on ne peut plus se rendre dans un club car on ne marche plus très bien, que l'on voit moins bien et qu'on ne peut plus conduire, on se retrouve confiné chez soi, isolé, sans amis, sans visites régulières, cette situation pouvant se prolonger très longtemps d'autant que l'espérance de vie augmente chaque année : on ne marche alors pratiquement plus faute de stimulation, la musculation s'atrophie, le risque de chûtes augmente.... On ne peut dès lors plus danser et on perd parallèlement et progressivement toute communication et tout lien social.

     S'installe alors assez vite la "dépendance", car on déprime de plus en plus (voir l'étude "gramoune care" de l'A.R.S) ce qui se répercute sur la santé physique accélérant la perte d'autonomie. L'absence progressive de toute activité physique doublée d'une perte de communication et de lien social vont rapidement nécessiter l'intervention d'aide à domicile puis la recherche d'un établissement spécialisé (maison de retraite, famille d'accueil, EHPAD) Or les enquêtes montrent que l'espérance de vie se réduit à 3 ans au plus à ce stade.

     Une étude récente commandée par l'"Agence Régionale de Santé" (Gramoune Care) sur plus de 800 patients réunionnais de plus de 65 ans constate que près de la moitié d'entre eux sont déprimés (46%). Soyons sûrs que ceux d'entre eux qui ne le sont pas sont ceux qui vivent en lien étroit avec leur famille et leurs enfants. Ceux qui vivent seuls, isolés, sont les premières victimes du stress et de la dépression et faute de communication deviennent progressivement muets, eux qui précédemment avaient tant envie de parler... La dépendance devient totale et nécessite une prise en charge institutionnelle en établissement de soins très coûteuse pour les familles ...et les institutions qui "se renvoient la balle"...

    Or, l'accès à la maison de retraîte coûte de 2000 à 7000€/mois pour la personne âgée et/ou ses enfants, somme hors de portée des moyens familiaux, ce qui nécessite aujourd'hui le financement par le Conseil Départemental à hauteur de 9 patients sur 10 (2 sur 10 en Métropole)  Celui-ci n'a plus les moyens  aujourd'hui  de faire construire de nouveaux établissements et pas davantage de financer la prise en charge d'une population réunionnaise vieillissante. 

    La conclusion de l'étude est que nos gramounes vont devoir rester de plus en plus longtemps chez eux..ce qui en soit est un souhait et une bonne chose, sauf que privés de contacts, et peu capables de se mouvoir, leur santé se désagrège rapidement et les risques de chûtes augmentent.

   C'est la raison pour laquelle "S.O.S Gramounes isolés" existe ... même s'il s'agit d'un challenge difficile. Recréer un lien disparu, permettre à nos Anciens de garder un bon équilibre psychique et physique en les stimulant par un accueil en famille lors des fêtes, des visites, des sorties conviviales voire la "co-habitation solidaire" mais rappelons-nous qu'ils ne peuvent plus marcher, ni danser...comme ceux qui ont la chance d'être encore autonomes. Il leur faut donc un co-voiturage et des activités adaptées... Nous avons désormais des contacts avec des partenaires sur la prévention des chûtes retarder l'arthrose  afin de permettre à nos gramounes de rester en sécurité chez eux quand il n'y a plus grand monde à côté d'eux...

 

Le but étant de retarder ainsi leur entrée en E.H.PA.D  et en maison de retraite à l'heure où on en construit plus faute de financement et le coût exhorbitant pour les familles (60% du coût) ou les institutions..

Pour se faire l'association a besoin de l'aide de tous : bénévoles, familles, mairies, institutions, soignants., financements..

AVIS AUX DEPUTES et SENATEURS REUNIONNAIS

A l'heure d'un individualisme triomphant où l'on a aussi trop tendance à "oublier ses vieux", Il nous semble capital d'encourager les familles à garder leurs parents chez eux et pour les gramounes vivant seuls de proposer par exemple une allocation de garde de nuit de 600 à 800€/mois aux  "hommes ou dames de compagnie" potentiel(le)s qui feraient chez la personne âgée une présence le soir et de nuit. Celà coûterait beaucoup moins cher à l'Etat et aux familles réunionnaises dés-argentées car celà retarderait considérablement l'entrée en maison de retraite. Cette solution serait un complément financier pour les familles et les femmes seules sans grands moyens, permettrait aussi une ré-appropriation du lien familial et éviterait le recours trop fréquent aux familles d'accueil marrons. . Une proposition de loi portée par les députés et sénateurs réunionnais serait la bienvenue.

Patrice LOUAISEL

Psychologue

Président de "S.0.S Gramounes isolés"

le 9/11/2018

 

LETTRE OUVERTE AUX ELUS DE LA REUNION : DEPUTES, SENATEURS, MAIRES, Président du Conseil Départemental

En effet, à l’heure où l’Etat ne veut plus construire de nouvelles maisons de retraite (coût de 2000€ à 7000€ à sa charge ou à la charge des familles) et que le Conseil Départemental voit ses moyens financiers se réduire…(voir l’étude « gramounes care »  commandée par l’A.R.S le confirmant), il est grand temps de prendre le problème du vieillissement et de l’entrée en dépendance de la population réunionnaise au sérieux !

Jusqu’ici, les familles ayant une personne âgée avaient 3 solutions possibles : soit la prendre chez eux, soit lui proposer une famille d’accueil (coût de 1400€ en moyenne pour la famille) soit la maison de retraite avec 3 ans d’espérance de vie selon les enquêtes (et un coût de 2000 à 7000€).

Si l’Agence Régionale de Santé (A.R.S) préconise le maintien à son domicile faute de moyens, il est facile à comprendre que le rapide passage de l’auxiliaire de vie et de l’infirmière en journée ne peuvent suffire à combler la solitude et préserver la sécurité de nos gramounes vivant seules chez eux.

« S.0.S Gramounes isolés » (site patricelouaisel.wix.com/sosgramounesisoles, tel 0262 582 581) tire donc aujourd’hui la sonnette d’alarme …Qui sera responsable des  enfants ou du Conseil Départemental s’il arrive un accident ( malaise, chute, AVC etc…)°à ce gramoune laissé seul sans compagnie le soir et la nuit ?

Repérant ce problème majeur d’autant que le vieillissement s’accélère à la Réunion, notre association a récemment mis en place parmi ses actions la « co-habitation solidaire » : Ainsi toute personne âgée disposant  chez elle d’une chambre libre peut l’offrir à une dame seule contre un peu de conversation en soirée et sa présence sécuritaire de nuit en semaine. Ainsi en quelques mois, l’association a déjà recueilli de nombreuses demandes de familles de gramounes pour bénéficier d’une « dame de compagnie », celle-ci pouvant travailler ou sortir en journée, avec comme seule contrainte d’être présente le soir et la nuit en semaine. Ainsi,  A l’heure d’aujourd ’hui, « Gramounes isolés »dispose actuellement d’une bonne vingtaine de propositions de co-habitation venant de gramounes tout autour de l’île susceptibles d’intéresser autant les dames seules avec ou sans travail, que les étudiants ou autres stagiaires sur Le Gol, Bois de Nèfles st Paul, La Plaine St Paul Ste Thérèse, Rivière des galets, St Denis, L Montagne, Ste Rose, la Confiance les hauts ste Marie… (Indépendance, économies, moins de trajet, expérience, solidarité…sont quelques uns des multiples avantages de cette formule)

A terme, « SOS Gramounes isolés » lance un appel aux Elus (députés, sénateurs, responsables du Conseil départemental et maires)  pour qu’ils obtiennent du gouvernement que soit mise en place un élargissement de l’A.P.A ou une indemnité permettant de sécuriser nos gramounes le soir et la nuit grâce au financement d’un(e) « homme ou dame de compagnie » à hauteur de quelques centaines d’euros.(proposition de 600 à 800€/mois)

 

Patrice Louaisel

Psychologue, Président de « SOS Gramounes isolés »

 

Les actions bénévoles 2020

Pour aider nos Anciens à rompre leur solitude, nous recherchons cette année :

 

  - DES BENEVOLES SUR LES 4 ZONES DE L'ILE pour accompagner un samedi par mois nos gramounes sur un lieu de convivialité" de leur zone afin de leur redonner le sourire et pourquoi pas de proposer une animation.

  • des bénévoles de suivi pour une visite hebdomadaire à un ou plusieurs Gramounes Isolés

  • des bénévoles de suivi pour une conversation téléphonique pour offrir une écoute hebdomadaires à un ou plusieurs Gramounes Isolés

  • ACTION ANNIVERSAIRE GRAMOUNES : Vous voulez faire votre B.A 2018 en faisant un geste ponctuel à l'égard d'un gramoune isolé : l'emmener sur une sortie familiale ou festive, lui rendre une petite visite, lui offrir un repas et/ou un petit cadeau...Appelez nous au 0262 582 581 pour nous proposer une date et nous vous confierons un gramoune auquel vous ferez plaisir aux environs de son anniversaire.

Contact : 0262 582 581

Par mail : louaiselpatrice@gmail.com

Par facebook : Sos Gramounes Isolés 

 

 

Action de Co-Habitation Solidaire

Depuis Septembre 2016 a démarré une nouvelle action de "co-habitation solidaire" au bénéfice de nos Ainés.

La co-habitation solidaire consiste pour un "Gramoune" de mettre à disposition une chambre libre à une dame de compagnie ou à un/une étudiant(e) afin d'apporter de l'attention comme : 

 

  • une présence nocturne

  • une conversation

  • un partage de repas

Déroulement de l'accueil : 

  1. présentation en amont de la personne âgée à la "dame de compagnie"

  2. 1ère semaine d'essai avec bilan 

  3. puis mise en place du contrat de "co-habitation solidaire"   (rappel des droits et devoirs ainsi que des engagements de chacune des parties, contribution mensuelle maximale aux charges d'eau/électricité soit 30 euros/ mois)

BILAN DE 2017 de la "co-habitation solidaire" 

Il y a eu une douzaine de co-habitations qui ont été réussis grâce à cette action. 

RECHERCHE POUR 2020 -situation au 06/06/2020

  • SUD

  • Le Tampon 12e

  • - OUEST

  • Ste Thérèse

  • EST

  • La confiance ste Marie

  • Ste Rose

  

.

Voici quelques chiffres sur la situation des personnes âgées:

 

  • SIX ALLOCATAIRES SUR 10 SONT DES FEMMES

  • LES PLUS DE 75 ANS SONT ESSENTIELLEMENT DES FEMMES

  • UN QUART DES ALLOCATAIRES N'ONT ACQUIS AUCUN DROIT DE RETRAITE...


"A la Réunion, 45% de seniors âgés de 65 ans ou plus vivent avec le minimum vieillesse.
En métropole seulement 5,4% (chiffres de 2004) des personnes âgées sont allocataires du minimum vieillesse.
En 2008,... 30.600 Réunionnais de 65 ans ou plus bénéficiaient du minimum vieillesse, pour un montant de 633 euros (réévalué en 2011 à 742 euros et 777 euros pour 2012, soit une revalorisation de 23%).
Ces seniors vivent en dessous du seuil de pauvreté national.
L'Insee a également publié une étude sur le niveau de vie des seniors à la Réunion pour l'année 2008, qui s'établit entre 633 et 1.000 euros.
Les plus de 75 ans, qui sont essentiellement des femmes, connaissent une
Ainsi la moyenne d’âge des allocataires est élevée: 76 ans.
Alors que 27 % des 65-69 vivent avec le minimum vieillesse, la proportion grimpe à 63 chez les 80-85 ans. Et parmi les plus de 90 ans, huit sur dix vivent avec le minimum vieillesse.
Six allocataires sur 10 sont des femmes.
Les différentes allocations du minimum vieillesse perçues par les personnes âgées vivant seules s’élèvent en moyenne à 336 euros, soit 52 % du total de leurs revenus. Le minimum vieillesse est aussi parfois la seule source de revenus.
Ainsi, un quart des allocataires n’ont acquis aucun droit de retraite, dont 81 % de femmes seules célibataires."


Source : Institut national de la statistique et des études économiques - Direction régionale de La Réunion

 

Homme comme femme, il va falloir travailler de plus en plus tard. Certains devront se recycler dans une autre profession plus compatible avec leur âge …

 

                                                                       UN PEU DE POESIE ...

 

Que fais-tu grand-père, assis là, dehors, tout seul ? »

Eh bien, vois-tu, j’apprends. J’apprends le petit, le minuscule, l’infini. J’apprends les os qui craquent, le regard qui se détourne. J’apprends à être transparent, à regarder au lieu d’être regardé. J’apprends le goût de l’instant quand mes mains tremblent, la précipitation du coeur qui bat trop vite. J’apprends à marcher doucement, à bouger dans des limites plus étroites qu’avant et à y trouver un espace plus vaste que le ciel.

«Comment est-ce que tu apprends tout cela grand-père ? »

J’apprends avec les arbres, et avec les oiseaux, j’apprends avec les nuages. J’apprends à rester en place, et à vivre dans le silence. J’apprends à garder les yeux ouverts et à écouter le vent, j’apprends la patience et aussi l’ennui ; j’apprends que la tristesse du coeur est un nuage, et nuage aussi le plaisir; j’apprends à passer sans laisser de traces, à perdre sans retenir et à recommencer sans me lasser.

« Grand-père, je ne comprends pas, pourquoi apprendre tout ça ? »

Parce qu’il me faut apprendre à regarder les os de mon visage et les veines de mes mains, à accepter la douleur de mon corps, le souffle des nuits et le goût précieux de chaque journée ; parce qu’avec l’élan de la vague et le long retrait des marées, j’apprends à voir du bout des doigts et à écouter avec les yeux. J’apprends qu’il faut aimer, que le bonheur des autres est notre propre bonheur, que leurs yeux reflètent dans nos yeux et leurs coeurs dans nos coeurs. J’apprends qu’on avance mieux en se donnant la main, que même un corps immobile danse quand le coeur est tranquille. Que la route est sans fin, et pourtant toujours exactement là.

« Et avec tout ça, pour finir, qu’apprends-tu donc grand-père ? »

J’apprends dit le grand-père, j’apprends à être vieux !

issu du site de l'association "PREVACT"

 

Bilan du COLLOQUE du 28 et 29 mars 2018 à l'UNIVERSITE DE LA REUNION 

  • 13% de la population mondiale a + de 65 ans.

  • Ce pourcentage augmente de 3%/par an.

  • Le nombres de seniors doublera en 2030 

  • Les personnes âgées souhaitent pour la plupart vieillir à domicile, et bien sûr dans les meilleures conditions possibles.

  • La Réunion a lancé ses premières "maisons d'accueil familial". 

  • 40% sont illétrées, 42% en dessous du seuil de pauvreté (4 fois plus qu'en métropole). La dépendance est à la Réunion plus précoce qu'en Métropole et la solidarité familiale en perte de vitesse. Le taux d'équipement en EHPAD est beaucoup plus faible qu'en métropole.

  • Chez les 60 à 75ans, 20% se sentent triste ou abattus et ont des troubles du sommeil.

  • 50% ont une maladie chronique,

  • 21% sont déjà tombés 

  • 72000 des plus de 60 ans sont en ALD. 

  • Le Dr Triballe situe l'espérance de vie à la naissance à 80 ans pour les hommes, 85,6 ans pour les femmes. A partir de 65 ans la mortalité est plus forte ici qu'en métropole. Il y aura 1 million d'habitants en 2040, 108 000 personnes de plus de 75 ans (1 sur 10) et 26 700 personnes dépendantes en 2030

Le Dr Wong note que 85% des personnes âgées veulent rester chez elles, 90% garder leur animal de compagnie ce qui leur donnerait un espace de liberté, une meilleure qualité de vie, un moindre coût et un sentiment de sécurité. Cela leur permettrait d'avoir des projets.

Quelques notes prises lors des "journées de prévention du suicide" colloque : "Bien être et mal Etre chez les senors" (21 Janvier 2020)
 

Exposé : Senors et santé mentale" (Mme Camelia LORCHINI/ORSOI)


2 grandes enquêtes : "baromètre santé" (2014) et "gramoune care" (2017)
Il ya eu une moyenne de 90 décès par suicide/an entre 2014 et 2016 à la Réunion dont 72% d'hommes. Les moyens utilisés : pendaison (56%)et armes (13%) chez les hommes intoxication par médicaments chez les femmes.

40 tentatives de suicide chez les 65a et + en 2017 (notamment chez les 65/74 ans) avec sur-représentation féminine
L'entrée en dépendance a lieu 10 à 15 ans avant la métropole.


Exposé "le brossage des dents chez les senors en institution"(Mme de Balbine, infirmière coordinatrice/chercheuse). En établissement de soins il a lieu en moyenne 1 fois/jour parfois jamais...
Exposé : "Désocialisation et mal-être psychologique chez les senors" (Arnold Jaccoud, psychosociologue) auteur de l'ouvrage "résidence senor: pour en finir avec les vieux".
Ya t'il encore une place-autre que financière- pour nos vieux, aujourdhui ?


2 catégories de gramounes après la retraite :


- "le gramoune heureux" : celui qui a un statut social, qui existe car il est vivant au regard des autres et qui reste actif dans la société.
- "le gramoune malheureux" sans statut, sans valorisation sociale, qui n'existe plus. D'où désocialisation, isolement, solitude, dépendance, effondrement des revenus, détérioration des relations sociales, sans activité intellectuelle ni physique qui n'affirme plus sa place dans l'environnement


Selon A. Jacoud, le pire est de voir autrui agir à votre place ce qui donne un sentiment d'inutilité et la destruction de l'image de soi. C'est l'assistance qui accentue et intensifie la dégradation et le malaise existentiel
En conclusion, il faut restaurer la capacité d'agir de nos gramounes et arrêter de vouloir tout faire à leur place, il faut les laisser agir mais surtout restaurer un rôle social. La relation à l'environnement doit lui permettre de prospérer.

 

Exposé : " Un moment suicidaire : entre dés-appartenance et désespoir" (Dr Marc FILATRE, psychiatre hospitalier)
 

Pourquoi passons-nous à l'acte suicidaire ? Au delà des problèmes individuels, il s'agit d'une réaction de la personne à son environnement. Bien sûr, il faut connaître son histoire et la géographie du lieu. En fait il s'agit de la peur de perdre sa place parmi les autres avec impression de ne plus exister.


Dans la vie, les influences sont si nombreuses qu'on ne peut savoir dans quel sens quelqu'un va évoluer. Il faut juste accompagner et laisser la personne trouver sa solution. Plus les groupes d'appartenance se réduisent (famille/amis/travail...) plus il y a risque de tentation suicidaire.
il ne faut en aucun cas retirer son pouvoir à la personne.

ettre ouverte à Mme la Ministre Brigitte BOURGUIGNON

Mr Patrice Louaisel

Psychologue

Président de "SOS Gramounes isolés"Ile de la RéunionTel 0262 582 581louaiselpatrice@gmail.comsite : patricelouaisel.wix.com/sosgramounesisoles

Madame la Ministre,

Depuis 10 ans, notre association "SOS Gramounes isolés" lutte contre la solitude et l'isolement des personnes âgées-en début de perte d'autonomie- de l'île de la Réunion via des visites, sorties conviviales en co-voiturage, et depuis 4 ans sur le concept de "co-habitation solidaire".

Selon l'étude "Gramoune care" commandée par l'ARS sur 800 patients réunionnais, il est constaté que 46% de nos gramounes entament une dépression, sachant que parallèlement en France, il y a 12000 morts/an suite à des chûtes notamment de nuit.

Notre concept est simple : toute personne âgée isolée disposant d'une chambre meublée disponible hormis la sienne peut l'offrir à un homme ou le plus souvent à une "dame de compagnie" contre conversation en soirée -contre la solitude-et présence sécuritaire de nuit en semaine. Ce concept -doté d'un protocole précis- suscite l'intérêt des partenaires de terrain ( infirmières à domicile, auxiliaires de vie, familles, soignants en institution ...) et même de Mme BAREIGT, députée et depuis peu Maire de st Denis et du Conseil Départemental (ordre du mérite 2018)

A l'heure où nos Anciens plébiscitent de rester à domicile, où le financement coûteux par l'Etat de nouvelles structures -maisons de retraite et autres- devient hypothétique notamment à la Réunion où 90% des patients sont pris en charge (contre 20% en métropole), il nous semble urgent d'imaginer parallèlement de nouvelles solutions alternatives et complémentaires des solutions actuelles, telle la "co-habitation solidaire" que nous expérimentons.

Alors que la "perte d'autonomie" et le maintien si possible à domicile des personnes âgées va venir sur la table des discussions au Parlement, il me semblait important de vous interpeller pour faciliter cette option.

En effet, nous proposons que soit discutée et votée une "allocation de garde de nuit" de 600 à 800€ /mois pour les "hommes ou dames de compagnie" : un contrat "gagnant-gagnant" où personne âgée et familles bénéficieraient gratuitement d'une auxiliaire pour le soir et la nuit d'une part, et où cette alternative offrirait à une personne sans grands moyens un hébergement doublé d'une petite allocation pour ses besoins essentiels, d'autre part.

Nous nous tenons à votre disposition pour être associés à cette proposition novatrice et moins coûteuse pour tous (Etat et familles)...

Croyez Madame la Ministre en l'assurance de nos salutations distinguées

Patrice Louaisel

HOMMAGE à Marie COUPIAC

Certains d'entre vous ont eu la chance de connaître Marie COUPIAC encore alerte et pleine d'idées et de projets, d'autres plus nombreux l'ont croisée en fauteuil roulant accompagnée par son mari Pierre toujours bienveillant alors qu'elle était atteinte de la maladie d'alzheimer.

 

C'était une grande artiste, au coeur tendre et toujours prête à rendre service. Elle m'avait il y a peu carrelé la terrasse d'un studio avec compétence et efficacité.

 

Elle est aujourd"'hui partie dans la discrétion laissant un grand vide autour d'elle car elle était pleine de vie  et d'amour. Je pense que là où elle est, elle est sûrement mieux après avoir effectué son destin sur terre.

 

Sachons entourer Pierre, resté seul avec son fils de toute notre affection en cette pénible épreuve. Qu'il sache que notre esprit est de tout coeur avec lui en ces temps difficiles même si, pour notre part, nous nous sentions totalement désarmés et impuissants, face à cette terrible maladie.

 

De tout coeur avec toi, notre ami Pierre

 

Arlette et Patrice Louaisel